Andrée Lachapelle

J’ai connu André Bachand en 1950.

Janine Beaubien l’avait invité à assister au cours d’art dramatique de Aario Marist. Il a été d’un très grand appui pour recueillir des fonds destinés à la production de CRIME ET CHATIMENT.

J’enseignais à cette époque à la Maternelle Saint-Germain d’Outremont et j’avais pour élève son fils cadet, Raymond.

Le souvenir que je garde d’André Bachand est celui d’un homme d’une immense culture, d’une grande ouverture d’esprit et d’une générosité qui ne s’est jamais démentie au fil des années.

Ce fut un homme exemplaire.
Mes sincères sympathies à toute la famille et aux proches.

Andrée Lachapelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :